Le château du Lude et le week-end des jardiniers.

Le château du Lude surplombe la riante vallée du Loir de ses quatre puissantes tours rondes. Malgré l’apparente régularité de son plan en quadrilatère, le château a connu plusieurs états successifs et de nombreuses modifications qui ont même fait pivoter son orientation de 180° au XVIII siècle.


Au 10e s, la forteresse primitive, « le castellum Lusdi » appartient aux comtes d’Anjou. Du fait de sa position, elle sert à défendre l’Anjou contre les incursions des Normands, puis des Anglais durant la guerre de 100 ans. C’est au 13ème siècle, qu’une nouvelle forteresse élève ses six tours près du château primitif. Elle appartient aux Vendôme en 1378. Prise par les Anglais en 1419, elle est délivrée par Gilles de Rais, le légendaire Barbe Bleue, en 1427, au terme d’un combat victorieux. Gilles de Rais reprend la place avant de rejoindre Jeanne d’Arc à Orléans. Il reste quelques vestiges de cette forteresse dans la tour nord-est et dans les sous-sols.

Le chambellan et ami d’enfance de Louis XI, Jehan de Daillon né à Bourges en 1423, prend possession du domaine du Lude en 1447. Le domaine restera dans sa famille jusqu’en 1685.

En 1751, Le Lude devient la propriété de Joseph Duvelaër, chef du Conseil de la Compagnie des Indes. Sa nièce, la Marquise de La Vieuville, fait débuter une nouvelle campagne de travaux. Celle-ci est mené sous la direction de l’architecte Barré qui s’est illustré quelques années plus tôt à Montgeoffroy. Barré supprime l’avant cour, remplace le corps de logis ouest par le portique actuel et édifie l’aile classique de style Louis XVI. Il donne ainsi une nouvelle orientation au château.

la Marquise de La Vieuville défend le Château pendant la Révolution. Ses descendants, les Talhouët-Roy, entreprendront tout au long du XIXème siècle de vastes travaux de restauration.
Depuis 250 ans dans la même famille, le Lude est aujourd’hui la propriété du Comte et de la Comtesse Louis-Jean de Nicolaÿ, qui poursuivent la tradition de restauration et d’embellissement, notamment par la création de nouveaux jardins.

Les Cuisines.

Les écuries et les greniers à grains.

Au cours de son histoire, il accueillit Gilles de Rais, Henri IV, Louis XIII et la Marquise de Sévigné.

Le week-end des jardiniers 2009

L’orangerie et le potager du château.