Le vieux Mans.

Place forte à l’époque romaine, capitale des comtes du Maine, aujourd’hui carrefour de l’ouest européen, Le Mans a toujours occupé une place importante au niveau économique, voire religieux.

Place des Jacobins, la fontaine.

La cathédrale du Mans a été construite entre le XIe et le XVe siècle. Cinq siècles qui lui ont apporté une diversité de styles dans une fusion de roussard, de calcaire et de verre. Une richesse qui fait d’elle une cathédrale précieuse de l’art religieux médiéval. La cathédrale Saint-Julien est l’une des plus vastes de France, avec ses 134 m de long pour une surface de 5000 m2. Son nom lui vient de Julien qui aurait christianisé Le Mans au IVe siècle.

De tout l’Ouest de la France, Le Mans fut un creuset des plus actifs de l’architecture et de la culture de la Renaissance (XVème et XVIème siècles). De grands mécènes tels ses Cardinaux-Evêques, les trois princes Thibault, François et Philippe de Luxembourg, Louis de Bourbon, René et Jean du Bellay financèrent bâtiments et artistes.

La Pléiade (Pierre de Ronsard, qui a été chanoine au Mans, Joachim du Bellay, Jacques Peletier, Jacques Tahureau et Nicolas Denizot) est née au Mans. Simon Hayeneufve, dit « Maître Simon du Mans », auteur du buffet des grandes orgues de la Cathédrale est l’artiste le plus illustre de cette première Renaissance mancelle.

Depuis quelques années, les maisons retrouvent progressivement leurs couleurs médiévales : bleu, lavande, jaune, vert ou rouge. Sept maisons sont encore ornées d’un pilier d’angle, dit cornier. Ces piliers servaient d’enseigne pour des commerces Ils étaient également un moyen sûr de se repérer en l’absence de numérotation des rues.

Dans ces ruelles, furent filmés les images du téléfilm Nicolas Le Floch.

Un grand merci pour votre passage sur mon blog, mais aussi merci pour vos futurs commentaires. Mes amitiés à vous, amateurs de photos.